th

4ème de couverture :

Jayne Mansfield 1967 - Prix Fémina 2011

« Aux basses heures de la nuit, le 29 juin 1967 sur un tronçon de la route US 90 qui relie la ville de Biloxi à la Nouvelle Orléans, une Buick Electra 225 bleu métallisé, modèle 66, se trouva engagée dans une collision mortelle. »

Dans cette Buick broyée se trouvait une femme, une "Hollywood movie star" de trente-quatre ans, danseuse nue à Las Vegas, célébrissime sex-symbol des années 50.
Simon Liberait ressuscite Jayne Mansfield, l'actrice méconnue la plus photographiée au monde, fouille amoureusement dans les recoins les plus ténébreux de sa vie, retrace ses dernières heures en plein été hippie, qui disent aussi le crépuscule de l'âge d'or hollywoodien. Au programme : perruques-pouf, LSD 26, satanisme, chihuahuas, amants cogneurs, vie désaxée, mort à la James Dean, cinq enfants orphelins et saut de l'ange dans l'underground.
Une oraison funèbre et morbid chic dans la droite ligne de Truman Capote et Kenneth Anger.

Mon ressenti

Après avoir vu l'auteur interviewé chez Laurent ruquier j'ai eu envie de lire ce livre. Ce roman insolite et très réussi, l'auteur reconstitue l’accident, les heures précédant la collision, les jours, les personnes qui entouraient la bimbo avant sa mort avec une écriture soignée et riche.

La construction du texte est étonnante et bien trouvée. Il commence par la description de l'accident, du contexte, s'arrête sur des détails, sur les hypothèses des journalistes de l"époque puis il tente de décrire à travers les coupures de presse que Jayne mansfield conservait précieusement dans des albums, parfois bons, souvent critiques, cette femme objet de toutes les convoitises. On s'imagine fort bien ce que devait ressentir cette femme à la lecture de ces articles la concernant et j'ai souvent été émue au détour d'un page et curieuse d'en savoir plus sur elle.

Il ne faut pas s'attendre à une biographie, ça n'en est pas une c'est un instantané de la vie trépidante et provocante de cette femme très caricaturale. J'ai juste été déçue de ne pas découvrir la mère qu'elle était mais là n'était pas non plus le but de ce récit.
Sortir des sentiers battus à du bon parfois, je recommande ce petit livre à qui voudra changer un peu d'air et d'atmosphere écrit dans un français impeccable et sur un rythme soutenu.

ice-cream-chocolate-iconice-cream-chocolate-iconice-cream-chocolate-iconice-cream-chocolate-icon88106680_QUATRE